Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Compléments
Compléments
"Quand j'étais vivant"

   "Quand j'étais vivant" , roman d' Estelle Nollet aux Ed. Albin Michel, Paris  2014, 273p.
Image

 
Compte-rendu de lecture par Eric Ploquin (cliquer ici pour lire tout le compte-rendu)
Le sujet du livre rejoint sur plus d'un point nos chères "Racines du ciel", tant les problèmes en Afrique en constitue le cœur. Les problèmes liés aux animaux et ceux liés aux hommes ne sont pas tellement dissociables, même si effectivement, de nos jours, leur lien est un peu à sens unique de dominants à dominés, les hommes étant en grande partie responsables des malheurs environnementaux sur ce continent. L'effet feed-back de cette détérioration ne saurait à terme n'être autre chose qu'une menace totale sur la planète : Nature et Humanité auraient pour l'heure à partager des liens d'un tout autre rapport. Dans la gente humaine existe un panel de comportements qui vont du dominateur absolu au plus compationel, chacun ayant en rapport avec son histoire et son contexte une conscience portée ou non à l'état d'éveil. Comme chez Romain Gary, on voit à l'œuvre dans "Quand j'étais vivant" les personnages qui courent à  l'accomplissement inéluctable de leur destinée, et on assiste à l'entremêlement de ces chemins, imbrication au sein de laquelle aucun génie, sauf parfois la chance, ne peut réellement lutter contre l'implacable logique de l'histoire. Les vies d'hommes sont évoquées en parallèle des vies d'animaux et pour peu qu'on leur prête âme (c'est le cas dans ce livre, et qui est confirmé par la stratégie même de narration), leur sort supporte une même fatalité souffrante...
 

Lire la suite...