Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Jazz & Percussions arrow Juin 2008 : édito
Juin 2008 : édito

En 1956, "Les racines du ciel" le dénonçait : aujourd'hui en 2008 forêt et faune africaines sont vraiment menacées...

Article mis en ligne pour donner suite à la sensibilisation de l'expo du Festival "Plein Sud" de Cozes sur les richesses de l'Afrique et l'exemple de travail d'une ONG (Organisation Non Gouvernementale).

Les forêts du bassin du Congo constituent la deuxième plus vaste forêt tropicale de la planète après l'Amazonie. Elles s'étendent du Cameroun à la République Démocratique du Congo en passant par le Gabon, la République du Congo et la République centrafricaine.

415 espèces de mammifères, 11 000 espèces de plantes, 1 117 d'oiseaux et près 1000 de poissons d'eau ont été recensés pour la seule RDC. Eléphants de forêt, gorilles, bonobos et okapis sont parmi les espèces les plus emblématiques de cette extraordinaire biodiversité. Ces forêts sont aussi le cadre de vie de centaines de centaines de milliers d'habitants des communautés « pygmées » et jouent un rôle essentiel dans l'équilibre du climat.

Mais au cœur de ces espaces immenses, une industrie vorace, l'exploitation du bois, est à l'origine de très graves dommages sociaux et environnementaux. Forêts percées, faune décimée, communautés locales destructurées, absence de retombées économiques... Il est temps pour les gouvernements et les bailleurs de fonds de tirer les leçons du passé et de mieux encadrer l'industrie du bois. Celle-ci ne profite en réalité qu'aux exploitants et à quelques individus corrompus.

Wengé, afromosia, sapelli, iroko... Le butin de ce pillage se retrouve en partie dans nos magasins et sert à construire nos parquets, fenêtres ou escalier. La France est le 1er importateur européen de bois d'Afrique centrale.

Les solutions existent : mise en place d'aires protégées, promotion d'usages moins destructifs de la forêt, mais la volonté politique se fait attendre... 

Lien
 
< Précédent   Suivant >