Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Jazz & Percussions arrow Février - mars - avril 2009 Edito
Février - mars - avril 2009 Edito
“Le monde où nous vivons fait peser sur chacun de nous l’imminence de craintes et de problèmes dont nous nous étions habitués à penser qu’ils ne nous concernaient pas, nous pouvons alors nous demander si le grand responsable, le grand coupable, ce n’est pas cette philosophie humaniste sur laquelle nous nous sommes presqu’entièrement et exclusivement fondés. L’Humanisme constitue l’homme en règne séparé et dès lors qu’on accepte de tracer une frontière, on se donne la lattitude de déplacer à volonté cette frontière et de réserver le privilège de l’humanité à des portions d’humanité de plus en plus restreintes qui, de leur côté, rejetteront dans l’animalité - nous en avons hélas trop d’exemples historiques récents présents à la mémoire - des fractions également toujours plus étendues de cette même humanité. Et il y a me semble-t-il qu’un moyen d’échapper à ce cercle infernal, il n’y a qu’un moyen de se prémunir contre ces dangers, c’est de considérer que l’homme est d’abord un être vivant et souffrant, avant d’être un être pensant, et que c’est dans la seule mesure où chacun de nous parviendra à préserver dans son for intérieur le souvenir et, plus que le souvenir, l’expérience vivante de cette identité avec tout ce qui vit donc tout ce qui souffre, que l’homme pourra être assuré de n’être jamais traité en bête par ses semblables, parce qu’il aura étendu la notion de semblable à tout ce qui vit et qui possède de ce fait un titre indescriptible à la commisération.”
 
Romain Gary ? Non, Claude Lévi-Strauss ! Il y a de belles similitudes dans les intuitions de ces grands penseurs...
Ce texte est relevé des entretiens figurant sur le DVD "Claude Lévi-Strauss par lui même" paru fin 2008(Arte Vidéo, film de Pierre André Boutang)
 
Image

Claude Lévi-Strauss est l'écologiste convaincu qui, dès 1976, tenta de convaincre une commission parlementaire française de changer la formulation des droits de l’homme pour laisser toute leur place aux droits de la nature et aux droits des espèces vivantes.

Extraits d'entretiens en ligne 

En ce qui concerne les réalisations pédagogiques, notons qu'une réunion de présentation de la comédie musicale , initialement prévue en mars, s'est tenue à Rochefort le 18 février 2009. La suite réservée au projet sera annoncée prochainement, après concertation des professeurs de chorale présents.

 
< Précédent   Suivant >