Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Jazz & Percussions arrow Mai - Juin 2009 Edito
Mai - Juin 2009 Edito
Le printemps fait revenir la sève et repousser les bourgeons... idem pour notre projet "Racine du ciel" qui se voit relancé à l'occasion d'un dépot de dossier type "Pôle Structurant" qui pourrait mettre en place les conditions de son aboutissement artistique et interdisciplinaire. Au conditionnel  pour les subsides - verdict fin juin - avec  somme toute peu d'espoir, au vu des restrictions de crédit annoncées ... ! Dans l'optique d'ouvrir la pédagogie sur l'actualité, écologique et littéraire nous avons, dans deux ouvrages à recommander, relevé des résonances aux messages qui nous sont chers dans les "Racines du ciel" :

Image "La raison du plus faible" de Jean Marie Pelt :

nous renvoie directement à la "pétition de Morel" (extrait du roman p.46) : ..."Il y était proclamé également que "le temps de l'orgueil est fini", et que nous devons nous tourner avec beaucoup plus d'humilité et de compréhension vers les autres espèces animales, différentes, mais non inférieures » (...) Et cela continuait ainsi : "L'homme en est venu au point, sur cette planète. où il a vraiment besoin de toute l'amitié qu'il peut trouver. et : dans sa solitude il a besoin de tous les éléphants, de tous les chiens, de tous les oiseaux... » (...) " Il est temps de nous rassurer sur nous-mêmes en montrant que nous sommes capables de préserver cette liberté géante, maladroite et magnifique, qui vit encore à nos côtés. . . "

(Voir résumé du livre de J.M. Pelt dans "Lire la suite de l'article")

Image"L'élégance du hérisson" de Muriel Barbery

nous parle aussi du concept de "marge" dans la mesure où il  revendique une place pour d'apparents "superflus", comme l'art, la grammaire, la musique, la culture, etc. Il y a dans  la poésie des personnages  de  "L'élégance du hérisson" (la concierge et la jeune fille), une profonde remise en question des valeurs de notre société qui fait penser au concept de marge des "Racines du ciel" : "Il faut absolument que les hommes parviennent à préserver autre chose que ce qui leur sert(...), qu'ils laissent de la marge, une réserve, où il leur serait possible de se réfugier de temps en temps."
"Une civilisation uniquement utilitaire ira toujours jusqu'au bout, c'est à dire jusqu'au camp de travail forcé. Il nous faut laisser de la marge." (p.83)

"Morel refusait de transiger là-dessus. Saboteur de l'efficacité totale et du rendement absolu, iconoclaste de la sueur et du sang érigés en système de vie, il allait faire tout son possible pour que l'homme demeurât à jamais comme un bâton dans ces roues-là. Il défendait une marge où ce qui n'avait ni rendement utilitaire ni efficacité tangible, mais demeurait dans l'âme humaine comme un besoin impérissable, pût se réfugier. C'était ce qu'il avait appris derrière les barbelés des camps de travail forcé." (p.181)
 
Dans l'élégance du hérisson, chaque protagoniste semble avoir ses propres éléphants à défendre, un combat pour des valeurs non reconnues de tous, mais que les sensibles reconnaîtront comme primordiales. 
 
 
Dans un tout autre domaine, en ce qui concerne le projet de comédie musicale, l'enregistrement des titres "Vagabondez jusqu'aux étoiles" et "La défense des éléphants" devrait avoir lieu fin Mai. Si tout se passe bien, ils seront disponibles à l'écoute sur ce site. 
 

Le Mot de l'éditeur : La raison du plus faible

Alors que l’on s’apprête à célébrer en 2009 le cent cinquantième anniversaire de la théorie de l’évolution fondée par Darwin dans L’Origine des espèces, ce nouvel essai de Jean-Marie Pelt s’emploie à récuser la fameuse « loi de la jungle » qui, dans une nature réputée « cruelle », serait le seul moteur de l’évolution. Il montre qu’il existe une raison du plus faible : tout au long de l’histoire de la vie sur terre, des premières bactéries jusqu’à l’homme, là où les plus gros et les plus forts n’ont pas su résister aux grands cataclysmes et aux changements climatiques, ce sont souvent les créatures les plus humbles qui ont survécu. C’est aussi parmi les plus faibles que sont nées les plus belles histoires de solidarité, par la symbiose. C’est enfin chez les plus vulnérables que l’ingéniosité adaptative a développé ses plus belles inventions.
Notre société humaine, livrée à un esprit de compétition exacerbé, où les « tueurs » de la guerre économique sont venus renforcer les rangs des guerriers dans la lutte pour le « toujours plus », est promise aux mêmes cataclysmes, financiers ou nucléaires, si elle n’entend pas cette leçon de la nature qui fait de l’égoïsme la maladie mortelle des plus forts et de la solidarité la force indéfectible des faibles.
Dans cet ouvrage fourmillant d’anecdotes puisées au cœur du monde végétal et animal, Jean-Marie Pelt s’en donne à cœur joie pour nous raconter l’extraordinaire énergie des petits, réputés faibles…

Jean-Marie Pelt est professeur émérite de biologie végétale et de pharmacologie à l’Université de Metz et président de l’Institut européen d’écologie. La majorité de ses livres est publiée aux Editions Fayard.

 

Signalons aussi l'ouvrage sur le Tchad disponible par internet sur le site de la librairie Soumbala
  HUGOT Henri-Jean, (éditeur)
-> Missions Berliet - Ténéré - Tchad. Documents scientifiques

* Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1962 - Gros in-4° de 376 pp., 3 cartes dépliantes et nombreuses planches photos Les contributions de Frison-Roche, Lhote, Quezel, Mauny, Hugot portant sur tous les aspects scientifiques de la mission Berliet: aspect médical, rapport géologique, reconnaissance du Grébon, site du Blaka, note sur la faune du Ténéré, préhistoire, art rupestre, exploration du Ténéré et recherche de l'Oued Tafessasset, l'olivier de Laperrine, résultats malacologiques, raid du lieutenant Toubeau de Maisonneuve, etc..
 
< Précédent   Suivant >