Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Approche du roman arrow * Compte-rendu : arrow - Résumé arrow Janvier - Février 2010 Edito
Janvier - Février 2010 Edito

BONNE ANNÉE à TOUS !

Année "Racines du Ciel" s'il en est, grâce à la publication d'un essai par Firyel Abdeljaouad chez Folio. Présentation du livre sur le site Gallimard . 
La lecture de ce commentaire pourra paraitre ardue car il est souvent fait référence à toute l'œuvre de Gary, notamment à son essai sur le roman et l'art de la narration intitulé "Pour Sganarelle". De nombreuses allusions à la littérature française contemporaine (Céline, Malraux,...), à la littérature étrangère (Conrad, Kafka,...) et à un auteur d'ouvrages psychanalytiques(Jung) étayent une réflexion qui se prolonge bien au-delà du message avéré concernant la défense de la nature. Les racines du ciel apparaissent comme un livre somme où la complexité de l'auteur tout autant que les enjeux littéraires et philosophiques d'une époque transparaissent en filigrane de l'histoire du picaresque Morel. Le concept de déréliction revient comme un leitmotiv au début de l'analyse s'appliquant au contexte africain tout autant qu'aux personnages de l'aventure. Qu'il nous soit permis de privilégier ici une voie  moins sombre pour être conquis par le roman de Gary : une voie qui prend davantage en considération la clairvoyance d'un état des lieux sur le monde établi par le romancier au sortir de la 2e guerre mondiale et au seuil de l'ère nucléaire. On est stupéfait par l'acuité et les prémonitions de son analyse de la condition humaine - des conditions humaines et des enjeux écologiques , autant que par les forces de proposition qu'incarnent Morel et ses proches (les purs) dans l'engagement et l'abnégation de leur combat. Il y a une beauté dans cette forme de résistance, qui tient à son caractère utopique, qui redonne force à  Minna et Forsythe notamment, eux qui ont été particulièrement malmenés par "l'histoire avec une grande Hache".
 
 
 
 

Année "Racines du ciel" à l'occasion de la création de la comédie musicale "Ubaba-Giva" par 18 collèges fédérés par l'Association ANATOLE des professeurs d'éducation musicale en 17 :
 
Pôle 1 : Collège Eugène Fromentin de La Rochelle
(100 élèves - Mme Samoyault , Mme Androt & M. Ploquin)
 
Pôle 2 : Collège Jean Guiton, Pierre Mendès-France, Fabre d'Églantine de La Rochelle - Collège d'Aytré et de La Jarrie.
(150 élèves Mme Juhel, Mme Trouvé, M. Reuther, Mme Trévinal, Mme Hennenfant)
 
Pôle 3 : Collège de Saint Martin de Ré et Collège de Surgères.
(75 élèves - Mme Richez, Mme Baudry) 
 
Pôle 4 : Collège d'Aulnay, de Loulay, De Saint Savinien et de Courçon
(100 élèves - Mme Bernard, Mme Bonneau, Mme Mandin)
 
Pôle 5 : Collège de Saujon, Emile Zola de Royan et Saint Porchère
(105 élèves - Mme Nicole, Mme Marchau, M. Crouzeix)
 
Pôle 6 Collège de Mirambeau, de Cozes et de Jonzac
(112 élèves Mme Péraud, Mme Kuntzman, Mme Soldo)
 
N.B. Vous pouvez écouter une esquisse du N°10 instrumental :

Année "Racines du Ciel" au vu de l'actualité. Si le sommet international de Copenhague a bel et bien remplacé le sommet de Bukavu, les questions de désertification, de biodiversité et de clivage pays dominants et pays en voie de développement reste à traiter et plus de 50 années après les avertissements de Gary (et d'autres...) les mises en gardes deviennent des absolues nécessités au caractère urgent. Malheureusement, là où les décisions devraient être unanimes, seule l'angoisse semble avoir vocation à progresser... Il est grand temps de se replonger dans "Les racines du ciel" et "l'Affaire Homme"...

 
< Précédent   Suivant >